Frédéric Berthet (8)




TESTAMENT DE RAPHAËL DAIMLER
(transcrit par Bonneval)


Le testament de Raph était ainsi rédigé – que dis-je, libellé :

« Ce testament annule tous les derniers, il est écrit de ma main, et mon écriture est lisible. Personne n’a intérêt à s’y opposer – ou ça pourrait chauffer.

Je lègue – au cas (toujours possible) de ma mort :

1 – à mes parents tout ce qu’ils m’ont donné (biens fonciers, immobiliers, valeurs boursières, bonheur, sens moral, sentiment d’insécurité)
2 – à ma sœur Maud mon bureau Louis XV (qui sera utile à son mari, si jamais elle se maries, ce dont je doute parfois, mais que je lui conseille fraternellement), la tapisserie du XVIIe, l’ensemble de ma bibliothèque (même remarque)
3 – à mes amies et à mes amis, le texte suivant, qui devra paraître en encadré dans cinq journaux de la presse quotidienne :

« À ses amies, à ses amis,
Raphaël Daimler,
mort le – – – ,
ses amitiés. »

4 – enfin, au vieux Bonneval (Charles), la location pendant 40 jours, chauffeur compris, d’une voiture de luxe (kilométrage illimité). Le choix de la voiture sera laissé à Charlie. Je lui souhaite un bon voyage. Il me racontera

Pour le reste, il me semble que tout est à peu près en ordre. N’en parlons plus. »

R.D.


commentaire : un document de poids pour les daimlerophiles et lecteurs de Frédéric Berthet. Lesquels auront deux bonnes raisons de se réjouir en 2011, dès le mois de janvier.

Commentaires

Articles les plus consultés