M. Tassin de la Renardière, par Jean-Baptiste Perronneau (1769)





Commentaires

  1. "There is no more gracious and pleasing por-
    trait than that of M. Tassin de la Renardiere, often called The man with three roses. This was executed in pastel at Bordeaux about 1756 and is now in the Groult collection. We feel that this young man with the effeminate face must have charmed all eyes and troubled many hearts. His luminous emerald eyes have a sweet and melancholy gaze, his powdered hair is arranged in large ringlets on one side, and in his soft pink coat he wears three tea-roses."

    The Burlington Magazine
    for Connoisseurs - 1920

    Mais où sont les trois roses ? Cette description semble correspondre au portrait de Jean Journu (http://www.pastellists.com/images/Perronneau-Journu-100.jpg). Qu'est-ce à dire ?

    RépondreSupprimer
  2. Il s'agit bien de Olivier Journu Mais la parenté des visages est troublante. Lien familiaux entre les deux modèles ? Inclinaison de Perronneau pour ce genre de visages ? Ou alors ce qui fait le lien c'est le style du peintre, pas plus. Conjecturons.

    RépondreSupprimer
  3. Dans Portraits Français, publié par la Galerie Charpentier en 1946 (et acquis pour 1 (un) € au marché d'Aligre voici quelques jours), Michel Florisoone note : "Il ne faut pas oublier que Perronneau pratiqua avec une égale maîtrise le pastel et la peinture à l'huile. Il existe un portrait de M. Tassin de la Renardière autre que celui que nous reproduisons: c'est celui souvent désigné sous le titre de "l'Homme aux Trois Roses", où Tassin de la Renardière apparaît plus jeune et assez efféminé et qui date du séjour que Perronneau fit à Bordeaux en 1756-1757. Le second portrait pourrait dater en considérant la différence d'âge du modèle, du troisième séjour fait par le peintre à Bordeaux en 1769. M. Jean-Gabriel Lemoine, dans son études sur les "Séjours à Bordeaux du grand pastelliste Perronneau" (Au musée de peinture de Bordeaux, édition Delmas, 1942) n'indique pas s'il a dénombré ce second portrait dans la trentaine de tableaux bordelais qu'il a identifiés."

    RépondreSupprimer
  4. Dans "J.-B. Peronneau, sa vie, son œuvre" de Léandre Vaillat et Paul Ratouis de Limay (G. Van Oest et Cie, Paris-Bruxelles, 1923), on lit en effet :

    "M. TASSIN DE LA RENARDIÈRE. — Pastel ovale. H. 0.66; L. 0.50. Daté 1765. — M. Tassin de la Renardière avait déjà été portraituré par Perronneau en 1756, en un pastel connu sous le nom du « Jeune homme aux trois roses »."

    RépondreSupprimer
  5. Que de remarques sur cet arrière arrière....grand-père, Prosper Augustin de Charsonville, chevalier de La Renardière, capitaine des chasses de Sologne du duc d'Orléans, avec son air "féminin". Il est au Louvre aux côtés de Mme de Pompadour mais cela ne change rien à ,son air.
    Il s'agit sans doute plutôt d'un air prétentieux et suffisant, plutôt que féminin, qu'on retrouve aussi dans les copies réalisées au XVIII° et vous verriez le portrait de son épouse par Perronneau également, vous comprendriez que l'artiste a voulu plus représenter le côté mondain et superficiel de ce couple orléanais.
    j'espère seulement que ce look familial actuel de "blonds aux yeux bleus" que nous avons tous ne donne pas trop cette image aujourd'hui !!!
    Par contre, le grand portrait à l'huile de son cousin Charles-François Tassin de Charsonville, grand maître des Eaux & Forêts d'Orléans qui se trouve depuis peu au musée des Beaux-Arts d'Orléans, fait apparaître un homme bon et débonnaire, à part quelques kg en trop. Comme quoi les imperfections familiales ne concernaient pas tous les membres de la famille. Sauf que je descends de Prosper-Augustin et non de Charles-François ...
    Sinon, aucun lien familial ou territorial avec Olivier Journu "le jeune homme aux 3 roses" qui en dehors d'une vague ressemblance qui a trompé pendant longtemps aussi la famille, a l'air tout de même plus sympathique que mon ancêtre.
    merci Appas de s'intéresser au patrimoine familial mais sachez que votre venue dans la région d'Orléans vous permettrait de découvrir les ressources historiques familiales qui sont publiques.
    à vous de jouer !
    ODC

    RépondreSupprimer
  6. Cher anonyme,

    Consentiriez-vous à me contacter pour me donner votre courriel ? J'aurais aimé vous interviewer sur vos ancêtres et publier le résultat sur mon blog.

    Cordialement
    appas[@]appas.org
    http://www.appas.org

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cher Appas, mail envoyé voilà 12 ou 24 mois ou plus, et un silence assourdissant..... Le Val de Loire n'aurait -il plus les attraits pourtant reconnus par l'UNESCO ?
      cac45@libertysurf.fr

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés