Smoking People - Sadakichi Hartmann





Photogénique, non ? On a découvert le personnage il y a quelques années, dans un petit ouvrage passionnant, My Mallarmé is rich, sur Mallarmé et le monde anglo-saxon. Et il était question de Sadakichi Hartmann, étrange admirateur du maître de Valvins.
Né au Japon en 1867, d'un père allemand et d'une mère japonaise, élevé en Allemagne, il est devenu citoyen américain en 1897. Ensuite, pêle-mêle, et dans le désordre : il a été l'ami de Walt Whitman (sur lequel il a écrit un curieux petit livre, Conversations with Walt Whitman, de Mallarmé (dont il fréquenta les mardis) et d'Ezra Pound ; il a à son actif des recueils de poésies symbolistes ou de haikus ; il a été le premier à publier des textes critiques sur la photographie ; il a joué dans Le Voleur de Bagdad ; il a été une des princes de la bohème de Greenwich Village au début du vingtième siècle ; il a écrit un singulier The Last Thirty Days of Christ, dont Ezra Pound disait, non sans raison, le plus grand bien ; il a éclusé des hectolitres d'alcool en compagnie de John Barrymore ; il a été l'amant d'Isadora Duncan, etc. On pourrait poursuivre cet inventaire avec les innombrables ouvrages et articles qu'il a publiés ou les histoires, vraies ou non, qui alimentent sa légende. Un type incroyable, ce Sadakichi. Et curieusement, à notre connaissance, aucune biographie sur lui. Un jour, peut-être. On aurait aimé reproduire le magnifique tableau, japonisant, qu'il avait envoyé à Mallarmé, et que celui-ci avait toujours conservé, mais on ne retrouve plus My Mallarmé is rich, ouvrage sus-cité et dans lequel ledit tableau était reproduit. En attendant, un autre portrait de S. H., par le grand Edward Steichen, et publié dans le Camera Work VII, en 1904. De quoi comprendre une peu plus pourquoi on s'intéresse à Sadakichi Hartmann.


Commentaires

  1. Éh bien, je ne connaissais pas ce très illustre inconnu! Il a un peu des airs de Gainsbourg et de Vincent Cassel!

    Très beau blogue que vous avez là, très inspirant pour la rédaction de mon roman-feuilleton en ligne...

    RépondreSupprimer
  2. Merci de votre passage. Sadakichi a ce que qu'il est convenu d'appeler une vraie gueule... Je vais m'intéresser de plus près à votre cas - étrange...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés