Traduire, dit-il



"L'acte même de traduire est une tension épuisante de tous les nerfs. Ce travail épuise, il assèche le cerveau plus que bien d'autres formes de création. Un bon traducteur, s'il n'est pas protégé, s'use rapidement. On a besoin ici d'une médecine préventive du travail, il faut prévenir les maladies professionnelles du traducteur, l'assurer, lui donner des périodes de pause régulières."
Ossip Mandelstam

merci à F.


Commentaires

Articles les plus consultés