Il fallait que ça sorte



Souvent, pour les livres ou les films dont il est beaucoup question, et qui sont abondamment célébrés un peu partout, on préfère laisser passer un peu de temps. Ce week-end, on avait sorti de la pile des livres en attente La Route de Cormac McCarthy. L'ouvrage est allé rapidement rejoindre le purgatoire de la bibliothèque. Impossible de se concentrer sur un ouvrage d'une telle pauvreté d'écriture, si maniéré dans sa pauvreté même - on pourrait citer des dizaines de passages tristement risibles. Et la traduction, on le craint, n'a pas arrangé les choses. Voilà. Il fallait que ça sorte.


Commentaires

  1. Non, naturellement, vous n'allez pas le sortir de la pile pour donner quelques exemples de cette prose "tristement risible". Il va donc falloir l'emprunter à l'un des dix ou vingt amis qui en parlent les yeux dans le vague et la voix tremblante...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, Green Face. C'est un livre qui fait débat, comme on dit. Il y a en effet ceux "qui en parlent les yeux dans le vague et la voix tremblante" et ceux qui n'ont pas compris, comme moi. Et à mi-chemin, il y a aussi ceux qui ont lu le texte anglais et tentent de concilier les deux camps.

    RépondreSupprimer
  3. Si ça peut aider quelqu'un...

    http://www.yankay.net/opusxvii/index.php/cormacadam/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés