Passage - Karel Pecka




commentaire : on a acheté ce livre pour un motif paratextuel, à savoir la préface signée Jean-François Vilar. On ignore si ladite préface a été écrite spécialement pour l'occasion, ce serait dans ce cas la première publication de JFV depuis une éternité, ou bien si elle a été récupérée ailleurs, mais cela nous a fait plaisir de retrouver le nom de cet auteur qui nous est cher. Attention quand même, puisque ce court texte spoile en grande partie le livre...
Un livre qui est une révélation. On n'en avait jamais entendu parler (pas plus que de l'auteur). Publié en 1974 en Tchécoslovaquie et en France 24 ans plus tard, il évoque irrésistiblement Kafka ou Hrabal, avec ce héros - au nom de famille imprononçable, Tvrz - qui se retrouve prisonnier involontaire puis volontaire d'un passage praguois, frère jumeau du passage Lucerna. Cette histoire pleine de méandres, avec des personnages à la fois bien réels et hautement symboliques, qui vont et viennent dans un décor fascinant, labyrinthique, a un côté un rien daté qui ajoute à son charme. Un charme qui n'occulte pas pour autant la dimension politique du livre - politique et tragique : les onze années que l'auteur a passées dans un camp de travaux forcés pour ses idées sont une des clés d'entrée pour saisir ce court roman.
(merci à LL & CS)

Commentaires

Articles les plus consultés