Jean Echenoz / Jacques Villeglé / 14


commentaire : Il y a, à l’origine, le projet un peu fou d’un admirateur (un peu fou) de Jean Echenoz, qui achète 196 exemplaires du roman 14 – dont il fut question ici – pour constituer 14 livres-objets : 14 boîtes en Plexiglas contenant chacune 14 exemplaires du roman, avec au-dessous de la quatrième de couverture du dernier livre de chaque boîte une phrase extraite de 14, choisie par Jean Echenoz et retranscrite par ses soins. Chaque exemplaire étant numéroté, daté et signé.
Le destin a voulu qu’un incident technique vienne contrarier la fabrication des boîtes et endommage certains livres. Loin de se laisser décourager, notre fervent Echenozien a persévéré, rachetant ce qui devait être racheté et récupérant les exemplaires abîmés qu’il ne pouvait se résoudre à jeter. 
L’idée lui est alors venue de contacter Jacques Villeglé, connu pour ses affiches lacérées, et de lui confier les ouvrages endommagés. C’était, forcément, le 14 juin 2014. La semaine suivante, Jacques Villeglé a relu 14, s’armant ensuite de cutters, de colle, de ciseaux, de bombe et de feutres, pour illustrer 14 couvertures.
On pourra voir le résultat de toute cette histoire à la galerie Nicolas Deman 12, rue Jacques Callot 75006 Paris du 4 au 7 septembre 2014. Seront exposés les 14 « cubes » Echenoz et les 14 couvertures Villeglé. Et ceux qui, comme nous, auront la possibilité de se rendre sur place le 4 septembre à partir de 18 heures pourront même croiser les protagonistes de cette singulière entreprise. 











Commentaires

  1. Aïe, ça risque d'être un peu juste pour moi et en plus ça tombe mal, vu que demain à 19h30 Jérôme Leroy sera à la librairie Charybde pour la sortie de son dernier livre. Mais bon, je vais quand même essayer, d'autant que je viens justement de terminer la lecture de 14, le seul des romans d'Echenoz que je n'avais pas encore lu.

    Incroyable comme il parvient en un si court récit à évoquer tous les aspects de la Grande Guerre !
    Et avec la précision du vocabulaire de l'époque : qui de nos jours sait encore que le singe, c'était du corned-beef ?

    RépondreSupprimer
  2. "Qui de nos jours sait encore que le singe, c'était du corned-beef ?"
    Les passionnés d'histoire des conflits du XXe siècle sont encore assez nombreux pour faire vivre des maisons d'édition spécialisées ou des collections chez des éditeurs généralistes. Le succès de certains documentaires sur les WW 1 et 2 est un autre indicateur de cet intérêt persistant. Tant mieux !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés