Pierre de Régnier - Chroniques d'un patachon



commentaire : c'est donc aujourd'hui qu'elle sort, cette sélection des chroniques que Pierre de Régnier donna (sous le titre de Paris ma grand'ville) régulièrement à l'hebdomadaire Gringoire, entre 1930 et 1939. On est très fier de ce livre de presque 400 pages, auquel on a largement contribué. Ces quatre-vingt chroniques, sélectionnées dans la période 1930-1935 et illustrées chacune d'un dessin de Pierre de Régnier / Tigre, permettent de découvrir un Paris des années 30 comme on l'a rarement vu / lu - sonné par la crise de 1929, déjà nostalgique des Années folles et vaguement obscurci par les nuages politiques menaçants qui s'amoncèlent dans le ciel. Tout cela est conté tambour battant par un Pierre de Régnier fidèle à lui-même.
Restaurants, boîtes, bars, cabarets, dancings… aucune des adresses de Montmartre, Montparnasse ou des Champs-Élysées n’a de secret pour lui. Il va aussi voir Serge Lifar à Opéra ou Joséphine Baker au Casino de Paris ; il va applaudir Maurice Chevalier, Edith Piaf ou Mistinguett. Il lui arrive encore, lorsqu’il ne se lève pas trop tard, d’explorer Paris au gré de sa fantaisie : des champs de courses, dont il est un inconditionnel, à l’Exposition coloniale de 1931, en passant par Luna Park, le salon des Arts Ménagers, la Coupe Davis à Roland Garros ou la première des Lumières de la Ville, de Charlie Chaplin. Tout ça est enlevé et joyeux, comme écrit au petit matin après une nuit de bombance, mais nourri aussi de cette poésie et de cette grâce qui font tout le prix du génial Pierre de Régnier.

addendum :




L'intégralité de l'article, c'est ici :



L'intégralité de l'article, c'est ici 



l'intégralité de l'article, c'est ici :







Commentaires

  1. Un esprit anticonformiste. C'est noté.

    RépondreSupprimer
  2. Ça ne devrait pas bous déplaire - ou, dit autrement, ça devrait vous plaire...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés