Aldo Ciccolini - Erik Satie (une sévère attaque de Bite de Pavlov)



commentaire : comme pas mal de gens, on a découvert Erik Satie à l'adolescence et à travers les interprétation d'Aldo Ciccolini, qui vient de disparaître. Comme pas mal de gens, on a commencé avec les Gymnopédies. Et comme pas mal de gens, peut-être, on a poussé jusqu'à acheter la partition de la Première et à essayer de la jouer comme on pouvait... On découvre d'ailleurs avec stupéfaction, en voyant la vidéo de Ciccolini, que l'on s'était complètement planté, jouant basses et accords de la main gauche, alors que nombre d'accords se font de la main droite. La honte !

À propos de Satie, dont on a ensuite peu à peu découvert le reste de l'oeuvre, la personnalité, les bons mots, etc., on n'a jamais oublié cette génialissime citation, trouvée dans le très culte Jamais le jeudi d'Alan Furst, paru en Série Noire (ou pour être précis en Super Noire) dans les années 70 :

"Entre les âges de dix-sept en vingt ans, toutes les femmes que j'ai connues étaient dingues d'Érik Satie, et j'ai baisé si souvent au son de ses morceaux mélancoliques et poignants que maintenant, en les entendant, j'ai une sévère attaque de Bite de Pavlov..."



Commentaires

  1. Moi j'ai..., non, ON a découvert Satie à travers le disque de Blood Sweat & Tears (1968).

    RépondreSupprimer
  2. Et j'ai découvert ce morceau de BS & T à travers vous...
    https://www.youtube.com/watch?v=m6f_uj6qCFM

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés