L'Homme de cinq heures - Gilles Heuré



Comment dire du bien d'un livre par lequel on a été déçu ? La question est moins paradoxale qu'il n'y semble... Toujours est-il qu'on avait découvert par la télévision le roman de Gilles Heuré, défendu avec passion par (le très sympathique) Louis Pérot, de la librairie Le Divan. Magie de la technique, ça se visionne ici. Il y avait là tout pour nous plaire, à commencer par cet énigmatique personnage qui se fait passer pour Paul Valéry (PV a une bonne place dans le désordre de notre bibliothèque). L'enthousiasme de Louis Pérot se comprend : ce n'est pas si souvent qu'on tombe sur des livres aussi malins, cultivés, bien écrits, sérieux et rigolos à la fois, parsemés de pistes (littéraires) sur lesquelles on a envie de se lancer. Le hic, car il y un hic, c'est que ce roman où il est question d'une quête folle des "cinq heures" dans la littérature donne un peu l'impression de se répéter, voire de tourner en rond ou même de se retrouver dans une impasse qu'il aurait lui-même creusée. Un peu tard, on s'est avisé de la façon dont il convient peut-être de lire le livre de Gilles Heuré : non pas d'un trait, mais en plusieurs fois, en laissant parfois passer une ou deux semaines entre deux chapitres. Et si la chute n'était pas un peu trop facile, on suggérerait même de ne le lire qu'à 5 heures...

Commentaires

Articles les plus consultés