Philippe Delerm - Quelque chose en lui de Bartleby



On nous a gentiment offert le nouveau roman de Philippe, dont on n'avait jusque-là jamais rien lu - pour des raisons pas forcément glorieuses -, sachant notre attachement au Bartleby de Melville et, nous fit-on comprendre, parce que nous avions quelques traits de caractère en commun avec le personnage principal (ce que nous récusons en partie). Arnold Spitzweg est employé de poste et mène une vie qu'on pourrait qualifier de terne. L'auteur nous le présente comme une espèce d'antimoderne, attaché à la contemplation, à la lenteur, à l'authenticité des choses et des gens. Jusqu'au jour où (sans qu'on comprenne d'ailleurs vraiment pourquoi) il se met à publier ses impressions et des instantanés parisiens sur un blog. Ledit blog (antiaction.com) va connaître un progrès phénoménal, et sous la pression que va engendrer ce succès, Spitzweg va y mettre un terme brutal et revenir à sa vie anonyme. Il continuera d'écrire, mais uniquement pour lui-même.
De ce qu'on a pu voir de lui, Delerm a l'air "sympa", gentil - pas méchant, quoi. Son écriture est simple, vaguement ennuyeuse. À l'image de son héros, mais aussi du Paris qu'il décrit. Paradoxalement, c'est peut-être cela qui est intéressant, chez lui : il n'est pas dans sa manière de faire dans la caricature outrancière, son propos n'est pas de s'aventurer dans les bas-fonds de la capitale ou d'aller dénoncer avec force telle ou telle injustice. Il balade son personnage dans un Paris "cool", où l'on pique-nique sur les quais, où l'on fait du vélo et du roller, etc., et il raconte cela avec une justesse de trait étonnante, décrivant la capitale de carte postale, un rien aseptisée qu'est souvent Paris. De même, les scènes qui réunissent Spitzweg et ses collègues de travail enfilent l'air de rien, avec un art consommé, les banalités et les lieux communs .
Delerm sera sans doute oublié dans cinquante ans, puis peut-être redécouvert s'il se trouve un éditeur - un peu singulier... - pour le rééditer. Les lecteurs de Quelque chose en lui de Bartleby apprécieront la gentille ironie de ce texte, et peut-être sans le savoir, ils liront une description très juste (c'est assez rare) des rites parisiens d'aujourd'hui.

Commentaires

  1. Bref, si je vous suis biens, un livre à offrir tout de suite (pas dans cinq ans) à un étranger visitant la capitale, ou s'apprêtant à visiter la capitale.

    RépondreSupprimer
  2. Oh, avec lui, pas de souci, c'est toujours "bien rédigé" comme disait Oriane de Guermantes.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés