Didier Lestrade (2)


On résiste pas à la tentation : voici une des chroniques qui figuraient dans la toute première sélection "Disco" de Didier Lestrade, parue dans le Libération du jeudi 10 novembre 1988. Un document historique, en somme, qui nous met particulièrement en joie. Pour ceux qui aurait oublié le morceau de D.Mob (sorti sur ffrr records), ou ignoreraient complètement de quoi il retourne, on le joint à titre indicatif, dans le Matey Mix mis en avant par DL.
Aciiiiiid !

La semaine dernière, We Call lt Acieeed de D.Mob (FFRR) a été le premier disque 100 % Acid à atteindre la première place des charts anglais. Au même moment, il y avait SEPT disques House dans .le TOP 25 anglais. A 124 bpm, We Call It Acieeed peut être considéré comme l'emblème définif de la House anglaise. Ponctué de cris "Aciiiiiid!" qu'on ne peut s'empêcher de crier chez soi ou dans les clubs par simple réflexe de mimétisme, le Matey Mix est une excursion exubérante de neuf minutes dans le monde merveilleux de la Rue Sésame, avec des gosses coiffés de bandanas Cacharel 68 et habillés de T-shirts ACT-UP Sida. Un tel disque extrême n'aurait jamais pu atteindre le bas des charts anglais il y a un an. Aujourd'hui, il est propulsé n° 1 en moins de quatre semaines, malgré le boycott de Radio 1. Sur ce point, la House est un éyénement presque mystique pour tous ceux qui ont passé la dernière décennie à n'écouter que de la dance music. De You Make Me Feel de Sylvester à Oochy Koochy de Baby Ford (Rhythm King), certains parmi nous ne se sont jamais identifiés aux hit-parades rock. La House n'est donc pas une aubaine, ni une gaffe, mais seulement un satisfecit musical. Toute la polémique sur l'Ecstasy est à côté du sujet. En déchaînant bientôt une tempête puritaine contre cette drogue inabordable, les médias français sont sur le point de rendre complètement populaire une substance introuvable. Encore une fois, on va parler de ce qu'on ne connaît pas.



Commentaires

Articles les plus consultés