Louis Codet - César Capéran ou la Tradition



On a déjà évoqué ici la façon dont on est tombé sur ce petit livre (110 pages, publié au Rocher dans la collection Motifs). Maintenant qu'on l'a terminé, on comprend mieux pourquoi Gaston Gallimard insista tant pour le publier. C'est un petit joyau. Il tire son charme et sa force de sa brièveté même ; de la justesse de certains décors - il y a des scènes inoubliables dans les combles d'un ministère. Et puis, derrière la silhouette de César Capéran, monté on ne saura jamais trop pourquoi de sa campagne toulousaine pour se mêler au monde des lettres parisiennes, on n'a pu s'empêcher de voir passer celles du M. Teste de Valéry, du Bartleby de Melville ou du Jean Dézert de De la Ville de Mirmont. Autant dire qu'il y a urgence à aller jeter un coup d'oeil à ce roman en mineur, qu'on a déjà envie de relire. Louis Codet a en tout cas bien mérité sa rue à Paris...




Commentaires

  1. Encore un lieu qui fait rêver : "les combles d'un ministère".

    RépondreSupprimer
  2. Oui, oui. Le ministère des Colonies, logé au Louvre, dans le pavillon de Flore. Avec pour seul fenêtre une lucarne ovale, à travers laquelle César Capéran et le narrateur passent pour aller disserter sur les toits, au soleil...

    RépondreSupprimer
  3. Arrêtez, ou je vais être contraint de commander cet ouvrage dans les plus brefs délais.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés