Philippe Billé - Cent listes d'achat




On voulait commencer par la question : "Et si c'était le livre de l'année ?" Et puis, on a craint d'être soupçonné de provocation gratuite. Le fait est, pourtant, que ce bouquin nous transporte. Comme le titre le laisse entendre, il s'agit d'une collection de cent listes d'achat, ou de courses, trouvées par l'auteur ici et là. Des listes, il y en a des courtes et des longues, des bien écrites et des illisibles. Les supports sont variés, du bout de papier déchiré en hâte au feuillet d'un bloc-notes publicitaire. On s'étonne des différentes façons de nommer une même chose - "PQ", "Papier WC", "Papier H"... On s'interroge sur certaines orthographes - "crok messieurs", "Kinedère"... On est impressionné par certaines précisions - "petites bouteilles de bière de qualité moyenne", "Chewing-gum Airwaves orange épices - ou si il y a pas Airwaves jaunes (miel, citron)" On est ému sans savoir pourquoi par certaines de ces listes, par l'histoire qu'elles nous racontent. On se reconnaît dans d'autres. On essaye de forcer le mystère de ces quelques mots tout simples, griffonnés à la hâte ou calligraphiés avec soin. On ferme le livre, on le rouvre. Ça ne s'arrête plus.

Cent liste d'achats est tiré à 100 exemplaires numérotés, et chaque exemplaire est accompagné de l'original d'une des listes. On eu la 20 - une page de bloc-notes Good Year, déchirée en bas à droite et toute chifonnée - qui nous a réservé une surprise, puisqu'il s'est avéré qu'elle a un recto et un verso.

Cette merveille ne coûte que 5 euros (6 euros avec le port) et se commande auprès de l'auteur. Ceux qui ne le connaissent pas pourront en profiter pour découvrir Le Nouvel Obscurantiste, blog de ce misantropologue distingué.

Voici la présentation du livre :

L’idée de cette livrette ne me serait peut-être jamais venue si je n’avais connu, il y a déjà bien longtemps, en 1984, le recueil Found art, du néoïste berlinois Graf Haufen. Il était constitué de la reproduction, sur cinquante pages au format A5, d’une série de cinquante morceaux de papier manuscrits collectés çà et là pendant l’année. L’ouvrage n’était photocopié qu’en cinquante exemplaires, dont chacun contenait une page avec le matériau original. Ce si parfait petit objet faisait envie, son souvenir me stimulait sporadiquement. Lors d’une illumination soudaine, en juin 2003, alors que j’accompagnais ma vénérable mère au Leclerc de la Moulette, à Bergerac, j’eus l’inspiration d’appliquer un système analogue à une catégorie bien particulière de manuscrit trouvable : la liste de course abandonnée. Je me lançai dès lors, à l’occasion de mes propres emplettes, dans une quête dont je ne soupçonnais pas qu’elle serait aussi longue, et assez difficile. Tout d’abord le matériau s’avéra plus rare que je n’aurais cru. A quoi s’ajouta qu’il était souvent malaisé, pour des raisons psychologiques, de mettre la main sur de tels butins, et parfois la pudeur, surtout quand j’opérais seul, m’en empêcha, par crainte de paraître anormal ou bizarre. Mais enfin je suis parvenu à rassembler un cent de ces documents, au hasard des Leclerc, Géant, Inter ou Atac, de Bergerac ou de Talence, de Pessac ou de Gradignan, de Saint Jean d’Angély, d’Aulnay de Saintonge ou de Beauvoir sur Niort, et jusqu’à la Coop de Villeneuve la Comtesse. Quelques amis m’ont également aidé et je veux remercier de leurs contributions Daniel Baudouin, Danielle Berton, Christophe Massé, Dominique Meens et Juan Moreno Blanco.


Commentaires

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés