Livres Fantômes - Louis Chadourne




Il fut un temps dans l'édition où en plus de présenter les titres des oeuvres déjà parues d'un auteur, en début ou en fin d'ouvrage, on annonçait les publications à venir. Ces avis ont parfois de quoi enflammer le lecteur un tant soit peu fan de tel ou tel écrivain quand il découvre ainsi des oeuvres dont il ignorait tout et qui ne figurent dans aucune bibliographie - des oeuvres inconnues, donc, qui peuvent se révéler après examen abandonnées, rebaptisées, disparues ou perdues.
Des oeuvres fantômes, en somme.
Dans Le Maître du navire de Louis Chadourne, paru en 1919 dans la collection littéraire des romans d'aventures de L'Édition Française Illustrée, sont ainsi annoncés Poèmes pour les deux crépuscules (aux Éditions de la Sirène), Le Conquérant du dernier jour (nouvelles, sans précision d'éditeur) et La Force ensevelie (roman, sans précision d'éditeur). Si le deuxième titre parut bien, à la NRF, ce fut en 1928, de façon posthume, avec une émouvante préface de Valery Larbaud. En revanche, ni les Poèmes pour les deux crépuscules, ni La Force nouvelle ne figurent dans la bibliographie de Chadourne.
Alors ? Alors, grâce au travail de Christiane et Marc Kopylov, des Éditions des Cendres, on en sait plus. En 1987, dans Le Journal d'un homme tombé de la lune, qui présente des pages inédites, nouvelles et ébauches de roman de Louis Chadourne, on trouve page 47 (et sur six pages) le canevas assez précis d'un roman d'aventures : La Force ensevelie (présentant la vie aventureuse de Max d'Aubrac, homme jeune, ambitieux, a qui la vie n'a pas réussi, et qui part tenter sa chance au Brésil). Bien qu'annoncé, le roman ne vit donc pas le jour.
Pour les Poèmes qui devaient paraître aux Éditions de la Sirène, en revanche, on n'a pas d'information. S'agit-il des vers qui se trouvent dans L'Amour et le sablier, paru en 1920 chez François Bernouard ? C'est possible. Si ce n'est pas le cas, font-ils partie des poèmes d'Accords, regroupés de façon posthume en 1929 à la NRF (et préfacés par Benjamin Crémieux) ? Là encore, l'hypothèse est probable. À moins que Chadourne ait renoncé à son projet, qu'il ait perdu le manuscrit, l'ait détruit, qu'on lui ait volé... Les livres fantômes sont là pour nous hanter.

Commentaires

Articles les plus consultés