Quelques dédicaces - Eugène Marsan (2)




commentaire : qui lit encore Henry Bordeaux ? Personne, évidemment, à part des universitaires, quelques excentriques et des vacanciers désoeuvrés qui, dans la bibliothèque hétéroclite d'une vieille maison de famille, tomberont sur La Croisée des chemins ou La Chartreuse du reposoir et tenteront le coup... Pourtant, en son temps, Bordeaux fut un des auteurs français les plus lus. Selon l'article Wikipédia qui le concerne, plusieurs de ses livres se vendirent à plus de cinq cents mille exemplaires. Dans cinquante ans, plus personne ne se souviendra de Katherine Pancol. Pour notre part, nous n'avons lu qu'un livre de Bordeaux : Le Fantôme de la rue Michel-Ange, un petit roman presque fantastique qui se lit sans trop d'ennui - il est un peu gâté par la conclusion.
Le livre qu'Eugène Marsan lui a dédicacé porte le numéro 36 de la collection Les Amis d'Edouard, ledit Édouard n'étant autre qu'Édouard Champion, libraire et éditeur. Cette collection rare à plus d'un titre, qu'Édouard Champion évoque lui-même ici, est une vraie mine - on trouvera ici l'ensemble des titres, dont certains font franchement rêver. Les volumes, hors commerce, étaient tirés en moyenne à 200 ou 250 exemplaires, sur Arche et Japon. Le premier titre parut en 1911 et le dernier en 1938. On trouve au dos de chaque livre une lettre, et tous les volumes alignés les uns à côté des autres permettent de lire le texte suivant : "Les Amis d'Edouard sont les plus aimables amis du monde - Anatole France à Edouard Champion ami des livres et des dames . À Paris et à Abbeville (Somme) Imprimerie Frédéric Paillard . 1911 - 19" On ne connaît pas la suite, puisque le volume le plus récent que l'on possède est le n° 157 - Figures de Jean Valmy-Baysse. Dix autres titres ont paru ensuite. Si un lecteur a la fin du texte, nous sommes évidemment preneur.

Commentaires

Articles les plus consultés