Raymond Chandler & Marcel Proust


"Well, you do get up", she said, wrinkling her nose at the faded red settee, the two odd semi-easy chairs, the net curtains that needed laundering and the boy's size library table with the venerable magazines on it to give the place a professional touch. "I was beginning to think perhaps you worked in bed, like Marcel Proust."
"Who's he ?" I put a cigarette in my mouth and stared at her. She looked a little pale and strained, but she looked like a girl who could function under a strain. "A French writer, a connoisseur in degenerates. You wouldn't know him."
"Tut, tut," I said. "Come into my boudoir."

_ Vous vous levez tout de même... dit-elle, fronçant son nez à l'adresse du divan d'un rouge passé, des deux fauteuils à moitié confortables, des rideaux de filet qui réclamaient un lavage et de la table à lire taille garçonnet avec les vieux magazines qui donnaient à l'endroit un air professionnel. Je commençais à me dire que vous travailliez peut-être au lit, comme Marcel Proust.
_ Qui est-ce ?
Je mis une cigarette et la regardai. Elle était un peu pâle et tendue, mais elle paraissait de taille à fonctionner sous une certaine tension.
_ Un écrivain français, un spécialiste en dégénérés. Vous ne pouvez pas le connaître.
_ Tut... Tut... dis-je. Venez dans mon boudoir.


commentaire : en feuilletant un des épatants Almanachs du crime que Michel Lebrun publiait dans les années 1980, on est tombé sur l'évocation de ce passage du Grand Sommeil. On rappellera que c'est Boris Vian qui est crédité de la traduction - qui n'ajoute rien à sa gloire, ladite traduction étant quand même très très relax - pour rester poli...

Commentaires

  1. « Eh bien, vous ne me lève», dit-elle, fronçant le nez au canapé rouge pâle, les deux impairs chaises semi-simple, les voilages qui avaient besoin d'argent et la table du garçon taille de la bibliothèque avec les magazines vénérable sur elle pour donner le mettez une touche professionnelle.
    - Je commençais à croire que peut-être vous avez travaillé dans le lit, comme Marcel Proust.
    - Qui est-ce? »
    J'ai mis une cigarette dans ma bouche et la regarda fixement. Elle avait l'air un peu pâle et tendu, mais elle ressemblait à une jeune fille qui pourrait fonctionner sous une contrainte.
    « Un écrivain français, un connaisseur en dégénère. Vous ne le connaissez pas.»
    - Tut, tut, lui dis-je. Viens dans mon boudoir.»

    RépondreSupprimer
  2. (rires)

    "Bien, vous vous levez vraiment", a-t-elle dit, ridant(plissant) son nez au canapé rouge effacé, les deux chaises semi-faciles étranges(impaires), les voilages qui y ont eu besoin du blanchissage(blanchiment) et la table de bibliothèque de taille du garçon avec les magazines vénérables pour donner un contact professionnel à l'endroit(la place). "Je commençais à penser peut-être que vous avez travaillé(marché) dans le lit, comme Marcel Proust."
    "Qui est il ?" J'ai mis une cigarette dans ma bouche et l'ai regardée fixement. Elle a semblé un peu pâle et s'est tendue, mais elle a ressemblé à une fille qui pourrait fonctionner sous une tension. "Un auteur français, un connaisseur dans dégénère. Vous ne le connaîtriez pas."
    "Tut, tut," ai-je dit. "Entrez en mon boudoir."

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés