Jean-Yves Jouannais - L'Encyclopédie des guerres




commentaire : on est allé voir ce jeudi au centre Beaubourg la vingt-sixième séance de l'Encyclopédie des guerres, projet qu'on se permettra de qualifier d'un peu dingo, placé sous le haut patronage, en quelque sorte, de Bouvard et Pécuchet. S'inspirant des deux personnages de Flaubert - dans leur candeur et leur méthode, mais aussi leur ridicule et, notion chère à JYJ, leur idiotie -, Jean-Yves Jouannais s'est donné comme projet d'explorer le champ de la guerre. On le laisse expliquer, ce sera aussi bien :

"C'est ainsi que je constitue une "bibliothèque de guerre", accumulant de manière hasardeuse, accidentelle, tous les ouvrages, essais, récits, livres techniques traitant du sujet de la guerre. Je ne m'impose aucun corpus a priori, ne me mets pas en quête des ouvrages jugés capitaux ou incontournables. Je ne suis ni historien, ni spécialiste de polémologie. Légitime en rien. C'est en amateur, en écrivain, ou plus précisément en personnage de roman, que j'aborde ce projet, collectionnant au fil de mes lectures, des bribes de phrases, des termes, des images, des légendes, des anecdotes, les réunissant en un impraticable et indéchiffrable cabinet de curiosités qui prend naturellement la forme d'une encyclopédie. Une impossible Encyclopédie des guerres, de L'Iliade à la Seconde Guerre mondiale. Je ne sais pas pourquoi "la guerre", et encore moins pourquoi la guerre qui m'"intéresse" s'arrêterait en 1945. L'Encyclopédie des guerres n'est pas censée commenter le phénomène de la guerre, mais m'expliquer à moi-même en quoi ce sujet me concerne."

Chacune des séances de L'Encyclopédie des guerres est l'occasion d'évoquer les progrès du projet, selon une progression alphabétique, avec évidemment toutes sortes de retours en arrière et de digressions. On est à la convergence de la performance et de la conférence, de la parodie de cours, de la séance de psy, du work-in-progress d'une oeuvre impossible et de tout ce qu'on voudra d'autre... La chose n'aurait évidemment pas tout son intérêt et son charme sans la personnalité de Jean-Yves Jouannais, brillant, émouvant, drôle, attachant... La prochaine séance a lieu le 16 juin à 19 heures.

Commentaires

Articles les plus consultés