François Truffaut et les livres



commentaire : l'envie nous est venue, comme ça (en fait, en achetant un livre soldé consacré à FT), d'évoquer de temps à autre les liens étroits de François Truffaut avec la littérature. On s'est avisé soudain que si FT nous est si cher, si proche, c'est peut-être avant tout à cause de cela : son cinéma éminemment littéraire, mais aussi la place que les livres occupent dans ses films, de cent façons, et dans sa vie. On commence, très scolairement, par la liste des oeuvres qu'il a adaptées au cinéma.

Les Mistons (1957)
d'après une nouvelle du recueil Virginales de Maurice Pons
Tirez sur le pianiste (1960)
d'après le roman de David Goodis
Tire-au-flanc 62 (1961)
d'après la pièce d'André Mouézy-Éon et André Sylvane
Jules et Jim (1962)
d'après le roman de Henri-Pierre Roché
Fahrenheit 451 (1966)
d'après le roman de Ray Bradbury
La Mariée était en noir (1968)
d'après le roman de William Irish / Cornell Woolrich
La Sirène du Mississippi (1969)
d'après le roman de William Irish
L'Enfant sauvage (1970)
d'après le Mémoire et rapport sur Victor de l'Aveyron de Jean Itard
Les Deux Anglaises et le continent (1971)
d'après le roman d'Henri-Pierre Roché
Une belle fille comme moi (1972)
d'après le roman d'Henry Farrell
L'Histoire d'Adèle H. (1975)
d'après Le journal d'Adèle Hugo (édition de Frances Vernor Guille)
La Chambre verte (1978)
d'après L'Autel des morts et La Bête dans la jungle, d'Henry James
Vivement dimanche ! (1983)
d'après le roman de Charles Williams

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés