Olympia Le-Tan



commentaire : on n'est pas le coeur de cible, mais on ne peut qu'être sensible au travail qu'Olympia Le-Tan développe depuis plus de dix ans - avec ces dernières années un passage à une vitesse légèrement supérieure en matière de production, même si l'on reste dans l'artisanat. Le principe, ce sont des sacs, petites valises et autres minaudières (petits sacs du soir) ornées de broderies reproduisant des couvertures de livres. Le résultat est charmant et plein d'esprit. Le bibliomane remarquera une prédilection pour les couvertures assez anciennes (40's, 50's et 60's à vue de nez), avec une légère domination anglo-saxonne. On ignore si la sélection se fait en fonction des couvertures ou des auteurs, ou peut-être les deux ; en tout cas, l'ensemble donne une bibliothèque de sacs assez variée, sans faux-pas, avec quelques réjouissantes excentricités, comme le Satan refuse du monde, de Maurice Dekobra. Le tumblr d'OLT est épatant.













Commentaires

Articles les plus consultés