Wild Nothing - Summer Holiday




commentaire : encore un album de 2010 que l'on découvre avec une année de retard - à la faveur du passage de Wild Nothing à Paris. Évidemment, on est une fois de plus en présence d'un groupe sous influence, pour ne pas dire perfusion, eighties, mais on se laisse volontiers prendre au piège... si tant est qu'il y en ait un. On serait d'ailleurs tenté de penser qu'il n'y en a pas quand on sait que derrière Wild Nothing se cache un jeunot de vingt ans seulement, qui cite comme influence les Smiths, mais aussi les Cocteau Twins, les Shop Assistants ou My Bloody Valentine. Si l'album Gemini est loin d'être parfait (une production un peu légère et quelques morceaux trop en deçà), il y a ce je-ne-sais-quoi de fraîcheur et d'énergie, de candeur adolescente, qui emporte l'adhésion.

Commentaires

Articles les plus consultés