Emplettes - 1€






commentaire : drôle de truc que cet Almanach des champs (1930), qui s'intègre dans une collection dirigée par Henri Pourrat, collection proposant des "oeuvres inédites qui procèderont de la nature, de la grande paysannerie, du soleil et de l'eau. Des oeuvres non pas régionalistes, mais régionales et surtout terriennes. Un appel d'air." Tout un programme... Dans cet almanach, au côté d'illustres inconnus, on trouve des textes signés Francis Jammes (mais qui connaît encore Francis Jammes ?), Jean Giono, Paul Claudel et, ô surprise, Henri Michaux. Pour le même prix, on a déniché un rare 10/18 (n°515/516 de 1970), un Rosny Aîné alléchant édité chez Pauvert en 1965 et le mythique Grand dieu Pan d'Arthur Machen, traduit par Paul-Jean Toulet, dans l'édition Émile-Paul Frères de 1938. La traduction de Toulet parut d'abord dans la revue La Plume (mars 1901), puis aux Éditions de la Plume (chez Georges Crès), la même année. Dans son indispensable La Chair, la mort et le diable, Mario Praz décrit assez justement le Grand dieu Pan comme une combinaison de Frankenstein, du Portrait de Dorian Gray et de La Vérité sur le cas de M. Waldemar, de Poe. Et Laurent Tailhade y voyait un "cauchemar de luxure démoniaque". On comprendra donc qu'Arthur Machen, du moins une partie de son oeuvre, ait déjà sa place dans notre bibliothèque.

Commentaires

  1. Je garde précieusement mon exemplaire du recueil de Francis Jammes, paru dans la défunte collection Orphée des éditions de La Différence. Peu après l'annonce de la suppression de cette collection, je me souviens m'être procuré plusieurs exemplaire de celui de Roger Kowalski, auteur rare que je place au sommet. Le Rémy de Gourmont préfacé par Michel Houellebecq n'était pas mal non plus...

    T.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés