Jean-Luc Coatalem - Nouilles froides à Pyongyang



commentaire : le titre fait inévitablement penser à un SAS ou à un vieux Coplan. Vérification faite, Gérard de Villiers a d'ailleurs déjà publié Les Amazones de Pyongyang. Mais on est très loin de l'univers de SAS, ici, dans ce récit d'un improbable voyage "touristique" en Corée du Nord où l'auteur est accompagné d'un non moins improbable partenaire, élégant lettré amateur de Valery Larbaud et de Paul Valéry, qui n'est autre que Dominique Gaultier, le patron du Dilettante. 
C'est un livre étrange, parce qu'on s'y engage assez légèrement en pensant lire un récit drolatique sur ce pays à la fois baroque et terrifiant qu'est la Corée du Nord. Il y a des moments assez comiques, de fait, mais face au néant de ce qu'on lui donne à voir (et à manger...), face à l'absurdité de ce régime ubuesque, face à des journées désespérément répétitives, Coatalem sombre peu à peu dans une espèce d'état dépressif contre lequel il lutte tant bien que mal en s'immergeant dans la lecture du Mardi de Melville (fil rouge de l'ouvrage).
Et ça donne au final un beau livre, insolite et servi par une écriture ciselée, dont on ressort avec une drôle d'impression, agréablement indéfinissable. Très belle couverture.

Commentaires

Articles les plus consultés