Emplettes











Commentaires

  1. Sans rapport totalement direct avec cette fournée d'emplettes, un petit fait divers (déjà ancien) que vous avez certainement déjà vu passer, mais que je vous transmets au cas où vous aurait échappé. Ces photos me plongent dans des affres de bonheur psycho-historique d'une belle intensité.
    C'est ici.

    RépondreSupprimer
  2. Nous y fîmes allusion ici même il y a six-sept mois.
    http://lediteursingulier.blogspot.fr/2012/06/marthe-de-florian.html
    À jeudi...

    RépondreSupprimer
  3. J'avais apprécié les deux titres de Neuhoff à l'époque. J'ai repris Précaution d'usage récemment; ça tient le coup parce que l'auteur possède un vrai style. Le style est tout ? Je le crois.

    RépondreSupprimer
  4. le style de l'écrivain "de droite" ?

    RépondreSupprimer
  5. Gauche, droite... Je ne sais plus trop. J'ai envie de dire qu'il existe un seul parti, le talent. Un Roger Vailland était à gauche, même s'il fut conduit à sa dernière demeure sous la bannière des libres penseurs, mais il avait du style. ("La loi" est un grand roman.) Un Bernard Frank aussi dont je me régalais des recensions dans le Vieil Obs, pour ne pas parler d'Aragon, le poète étincelant et le propagandiste stalinien pénible. Quand il était jeune, Neuhoff dévorait les chroniques de Bertrand Poirot-Delpech dans Le Monde et c'est toujours un admirateur de Godard. En littérature, les casernes idéologiques sont faites pour être désertées ou mises sans dessus-dessous... Même si je crois qu'on peut effectivement parler d'une ligne de partage entre la littérature "sociologique" d'auteurs engagés autour de Sartre "contre" la posture individualiste d'écrivains buissonniers rassemblés autour de Jacques Laurent, Nimier, Blondin... Mais il y avait des passerelles lancées au-dessus des divisions ou sensibilités "politiques" par des directeurs de revue qui plaçaient la "petite musique" des auteurs au dessus des engagements partisans forcément réducteurs car souvent opportunistes. Le modeste lecteur que je suis est avant tout sensible au style d'un écrivain. Un jour au début des 80's, un ami prof de lettres a sorti "Les épées" et "Histoire d'un amour" (Nimier) de sa bibliothèque en me disant "Ça devrait te plaire." Il avait mis dans le mille. Grâce à Nimier puis à son biographe avisé Marc Dambre, j'ai découvert des pans entiers des lettres françaises dont les chefs de file (ou de bande) n'avaient jamais été mentionnés par mes profs de français successifs. Parce qu'ils n'étaient pas "de gauche" ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés