Emplettes



commentaire : on a payé un peu plus cher que l'euro habituel pour le Dister et le Buin, mais on était d'humeur à faire ce sacrifice. Le lecteur de Rock & Folk que nous fûmes à une époque était fasciné par cette couverture de Solé. Et il nous arrive d'écouter le génial moustachu. 
Quant au Buin, il fait suite au De la déception pure, manifeste froid sorti en 10/18 en 73, volume où étaient réunis Jean-Christophe Bailly, Yves Buin, Serge Sautreau et André Velter, et qui proposait une direction différente du Manifeste électrique aux paupière de jupes. Cela donna par la suite la Collection froide, publiée chez Seghers, puis chez Christian Bourgois, ainsi que, sauf erreur, la revue Fin de siècle, également chez Bourgois. En couverture, on croit reconnaître un Monory. Pour ce qui est du contenu, c'est très 70's, très free, vaguement Pélieu ou Bulteau, très jazz et rock'n'roll. À lire, donc.
La découverte du jour, c'est Patrick Ravignant. Les Cités chaudes est son premier livre, publié en 1960. On reproduit la quatrième, qui ne fait pas dans la dentelle... Et le livre semble tenir ses promesses. Si on ne se trompe pas, Patrick Ravignant est le pseudonyme de Patrick Widhoff. L'auteur a une oeuvre très disparate, avec des romans, des essais sur Napoléon, sur le Bouddhisme, l'astrologie, etc. Sur la quatrième de couverture d'un roman de science-fiction paru en 1972 chez Albin Michel, Les Mutants de la voie, on peut lire : "Patrick Ravignant est le pseudonyme d'un jeune historien français, spécialiste de Napoléon, contestataire de 1968, ne détestant pas scandaliser, et déjà auteur de plusieurs ouvrages." En cherchant, on a découvert qu'il a en effet joué un rôle important dans certains événements de mai 68 ; il en a tiré un livre, La Prise de l'Odéon. En 1971, il a sorti un roman intitulé Sex-Rouge (à la Table Ronde) qui semble mêler hardiment sexe, politique et défonce. Celui-là, on ne va pas attendre de le trouver à un euro pour l'acheter...













Commentaires

Articles les plus consultés