Emplettes



commentaire : le nom de Nicole Louvier nous était inconnu. On est tombé sur quatre de ses ouvrages, tous publiés à la Table Ronde, dans les années 50/60.  Le Qui qu'en grogne, orné d'une jolie dédicace, est sorti en 1954, en même temps ou presque que le Bonjour Tristesse de Sagan. L'auteur avait également vingt ans. Sauf que son roman évoquait l'amour fou entre deux jeunes filles, ce qui suscita visiblement un petit scandale. Nicole Louvier était aussi chanteuse. Sur ce site (ici, très complet), on découvre une personnalité hors du commun, novatrice, qui eut le tort de décrire sans complaisance - dans Les Marchands - l'histoire d'une jeune chanteuse aux prises avec un monde (les cabarets, le music-hall, l'industrie du disque...) pas toujours très reluisant. Nouveau petit scandale, surtout au sein de la profession, ce qui eut visiblement pour conséquence de plus ou moins ruiner la carrière de cette chanteuse atypique, promise à tout autre chose que l'oubli relatif qui est aujourd'hui son lot.
On a ajouté deux Marabout Fantastique à notre collection, qui commence à être conséquente. Toujours ces géniales couvertures, effrayantes à souhait. 
Le livre sur la machine à écrire est sorti en 1982, à une époque où le personal computer commençait tout juste de se développer. Le contenu semble à la fois désuet et moderne, en tout cas passionnant. 
Et quatre Blanche d'un coup : la première édition de Locus Solus chez Gallimard (on joint l'histoire de cette édition, narrée par Jean-Jacques Pauvert) ; La Chasse à courre de Maurice Sachs, publié en 1949, qui contient une "suite au Sabbat" et des lettres écrites de l'Orne et de Hambourg en 1943 ; La Messagère de Sunsiaré de Larcône, qu'on a déjà, mais qu'on n'a pas pu laisser passer ; et ce petit livre dédicacé de Jean Lambert dont on ne sait pour l'instant pas trop quoi dire. 

















Commentaires

Articles les plus consultés