Marcel Cohen - Choses lues




commentaire : alors que les annonces des prix littéraires tombent sans susciter d'envie particulière, il est bon de se replier dans les marges de l'édition et de s'offrir, pour le plaisir, des petits ouvrages de ce genre, discrets, impeccablement édités, entre les pages desquels on se glisse avec un plaisir absolu. Il y a là une trentaine de pages à peine, au fil desquelles l'auteur a consigné des choses lues, vues et entendues. Des miscellanées, en somme, des « anecdotes illustrant le dicton “le diable est dans les détails” et son contraire: “Dieu est dans les détails” » — ainsi qu'il est expliqué en quatrième de couverture. C'est simple, tout simple, mais d'une simplicité exemplaire. On se permet de reproduire la page 7 (à classer dans la catégorie “le diable est dans les détails”), qui nous a particulèrement frappé :  




Et pour en revenir aux prix littéraires, il en est tout de même un qu'on retient, c'est le Renaudot Essai, qui a été décerné à Didier Blonde, pour Leïla Mahi 1932. Si le livre nous a un poil déçu sans qu'on sache trop pourquoi, cette évocation d'une mystérieuse case du columbarium du cimetière du Père-Lachaise (en même temps qu'un hommage à J.B. Pontalis, qui fut l'éditeur de Didier Blonde dans la collection L'un et l'autre) reste une petite merveille.



Commentaires

Articles les plus consultés