Emplettes



commentaire : Il faudra établir un jour le catalogue de cette collection L'Air du Temps, de chez Gallimard, qui contient d'innombrables perles, injustement oubliées pour certaines. Ce volume n'est pas le plus intello, mais il doit compter au nombre des plus grands succès de la collection. Au fil des années, les deux auteurs, qui tenaient une rubrique (La réalité dépasse la fiction) dans le magazine Réalités, publièrent 5 volumes, où sont compilées toutes sortes d'absurdités trouvées ici et là, des extraits de journaux, des publicités, des choses aperçues dans la rue, etc. C'est en effet très drôle. Albert Aycard a visiblement une petite oeuvre de romancier qui mériterait qu'on s'y intéresse...
On a déjà publié (ici) un extrait du livre de Claude Farrère sur Pierre Louÿs. Il y a notamment deux ou trois pages étonnantes où l'on découvre l'immense malaise de Louÿs face à l'homosexualité, sentiment qui le poussa à rompre de façon aussi violente que définitive avec deux de ses amis lorsqu'il découvrit la réalité de leur sexualité : Gide (lors d'un voyage au Maghreb) et Oscar Wilde, alors que celui-ci venait de sortir de prison.
Louis Forest (voir ici sa fiche Wikipedia) a fait et écrit beaucoup de choses, dont ce drôle de roman policier vaudevillesque en un acte.
On ne sait pas trop ce qu'il y a dans le livre de René Benjamin, si ce n'est plein d'anecdotes sur plein de gens, à commencer par la famille Daudet, dont l'un des membres nous intéresse particulièrement pour un travail en cours.
Sauf erreur, ce volume de Ronald Searle n'a jamais été réédité. Il y aurait un joli recueil à faire sur le Paris de Searle...
Whisky à gogo, c'est un film d'Alexander Mackendrick (1949), considéré comme un classique de l'humour british d'une certaine époque (même si, il faut bien l'avouer, cet humour a pris un sérieux coup de vieux). Il est donc adapté d'un roman de Compton Mackenzie (1947). Le titre original du roman, comme du fils, est Whisky Galore. En français, on est passé à Whisky à Gogo. Il s'agit du nom d'une boîte créée en 1947 à Paris, rue de Beaujolais, et qui est considérée comme la première discothèque française, et peut-être même au monde. C'est Régine, dit-on, qui aurait eu l'idée de remplacer le juke-box, qui passait la musique, par une ou deux platines. Mais il y a tant de versions de cette (trop ?) belle histoire qu'on s'y perd un peu...












Commentaires

  1. De jolis souvenirs remontent grâce aux scans des couv' de la collection Marabout Flash. J'ai effectué une petite recherche : plus de 500 titres furent édités entre 1959 et 1983 au format carré qui fait le bonheur des collectionneurs (je trouve parfois des exemplaires pas trop défraîchis aux puces). Les collages des premières couvertures furent réalisés par l'illustrateur belge Henri Lievens.
    Le site de la collection et son catalogue : http://fiat850.free.fr/marabout.flash/catalogue.htm

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés