Emplettes



commentaire : une bonne moitié des livres présents ici auraient sans doute pu rester là où ils se trouvaient, mais il faisait beau et on était en bonne compagnie...
Mon village à l'heure allemande a obtenu le prix Goncourt en 1945. Le livre a l'air un peu bavard, et on aurait sans doute pu sans passer. Comme du Chaval, mais on s'est laissé influencer par la "marque" Jean-Jacque Pauvert. Et le Ehni ? On verra.
Comme son titre l'indique, le livre de Paul Ginisty est consacré à la Féerie, genre auquel on ne s'était jusque-là pas plus intéressé que cela, et qui a inspiré divers auteurs du XIXe siècle - Nodier, Hugo, Flaubert, Banville, Sand, etc. L'un des intérêts du livre, ce sont ses nombreuses illustrations, qui laissent rêveur.
On se demande si un ouvrage comme L'Ami du lettré serait possible aujourd'hui. On y évoque les livres et tendances qui ont marqué l'année, les polémique, scandales et plagiats (Marcel Pagnol accusant H.-G. Wells de s'être inspiré de La Vie privée de Michel Tessier d'Édouard Rod pour son Nouveau Machiavel). On y parle des figures nouvelles, comme Blaise Cendrars ou Gabriel Reuillard (???) ; des consécrations, comme François Duhourcau (???) ; des revenants, comme Gustave Le Rouge ; des disparitions, comme Louis Chadourne. Il y a des portraits d'éditeurs, comme Georges Crès, ou de libraires, comme Eugène Rey. Tout cela sur plus de 400 pages. Réflexion faite, un ouvrage de ce genre n'a aucune chance de voir le jour...
Je me souviens de Je me souviens est un projet fou : expliciter / expliquer toutes les références des 480 "Je me souviens" de Perec, références souvent obscures pour les jeunes générations. Qui est Roger Walkowiak, cité dans le 127 ? Qu'est-ce que l'Alhambra, cité dans le 181 ? D'où vient le "Quand les parents boivent, les enfants trinquent", cité dans le 384 ? Etc. Amusant, instructif et assez zinzin.










Commentaires

Articles les plus consultés