Achat du jour



Commentaire : un bouquin foisonnant et passionnant, une vraie somme, qu'on ne recommandera pas forcément aux oreilles délicates. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, le site de Philippe Robert, Merzbo-Derek, c'est ici. Attention les yeux... 



Louis-Henri de La Rochefoucauld réinvente ici un genre un peu oublié - non sans raison, du reste, puisqu'il a donné lieu à nombre incommensurable d'inepties (mais aussi de quelques réussites) : le roman gai, tel qu'il se pratiqua notamment dans les années 1920 et 1930. Avec LHLR, on est un cran au-dessus, sous le patronage plus ou moins avoué du grand Pelham Grenville Wodehouse. On a déjà lu le livre, et il y a quelques scènes franchement réjouissantes. 



À chaque nouveau livre de Pierre Mérot, on espère qu'il retrouver le niveau de son Mammifères, qu'on avait vraiment beaucoup aimé. À chaque nouveau livre, on déchante un peu (parfois beaucoup). Peut-être que cette fois...



On a grandi dans une banlieue bourgeoise de l'ouest parisien, et ça laisse des traces : on a, au grand dam de certaines de nos connaissances, un faible pour Éric Neuhoff. Cela faisait des années qu'il n'avait pas sorti un aussi gros roman - si on a bien compris, ce Costa Brava est un projet déjà ancien, mis entre parenthèses assez longtemps, puis repris. On aime bien le titre et la couverture. C'est déjà ça.


Commentaires

Articles les plus consultés