Emplettes






89 pages imprimées en gros pour expliquer certains mystères et secrets de fabrication d'un livre qui, en poche, fait plus de 600 pages, imprimées en petit. La chose semble passionnante.




Le livre était cédé à 0,50 €, comme presque tous les autres, et sans qu'on sache pourquoi, on s'est dit que cela ferait un bon roman (une longue nouvelle, en fait) à lire cet été. 


Un livre de plus à ajouter à la “collection” de ces livres au format singulier (10,5 x 19,5) que Gallimard publia dans les années 1980. Evguénie Sokolov de Serge Gainsbourg, Pour un oui ou pour un non de Nathalie Sarraute, La Nuit n'a pas de nom de Bruno Gay-Lussac et Anna, soror... de Marguerite Yourcenar et ces Trois villes saintes de Le Clézio, donc.


Pour en savoir plus sur ce livre, voir ici.



Commentaires

  1. Mais pourquoi diable "Villes" est il composé en capitales ?
    Parce qu'il s'agit de capitales ?

    Je pose la question, je ne connais pas ce livre.
    En revanche, je me souviens qu'est paru dans cette même collection Gilles et Jeanne, de Michel Tournier.

    RépondreSupprimer
  2. Le Clézio ferait-il un clin d'œil au Stendhal de Rome, Naples et Florence, ou au Zola des Trois villes ?

    RépondreSupprimer
  3. Bachelard, lit-on encore de nos jours ce Gaston en dehors du cercle des producteurs des créneaux consacrés à la philosophie sur les antennes des radios de service public ? D'ailleurs le lisent-ils eux mêmes quand il n'est prétexte qu'à décongeler des archives sonores où le natif de Bar sur Aube roule les r. ?

    RépondreSupprimer
  4. @GWFW : les trois villes sont Chancah, Tixcacal et Chun Pom, au Mexique, des lieux sacrés pour les indiens, si j'ai bien compris (pas encore lu). Je guetterai le Gilles et Jeanne, que j'ai goglu et qui est d'un rouge pétant. Je me demande quel est le sens, la direction de cette "collection" ?
    @Debout : c'est pour un de mes fils...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pour ma part aucun rapport entre les livres de cette collection, à part leur pagination assez limitée et leur haute qualité littéraire : franchement, entre Gainsbourg et Yourcenar, il y a un espace intersidéral !

      Supprimer
  5. le Perros est une édition originale j'ai l'impression ? je l'ai en Poésie/Gallimard mais je cherche tout le temps cette édition dans la collection blanche/Le Chemin... Chanceux !

    RépondreSupprimer
  6. Anecdote : j'ai été, il y a bien longtemps de ça, cambriolé, au 2° étage d'un vieil immeuble nancéen, sympathique au demeurant (l'immeuble bien sûr, pas le cambriolage) ; mon amie d'alors y laissa les cinq cent euros qu'elle venait juste de retirer au guichet de la banque et placés... dans le tiroir de la commode à linge (elle avait été probablement suivie, nous habitions à dix mètres à peine de la banque) et quelques bijoux... pour ma part, je n'ai eu à déplorer que le vol de cet Evguénie Sokolov en ce bizarre format aussi mince qu'étroit d' épaules. Drôle de voleur !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés