Bibliothèques spoliées



commentaire : en faisant des recherches sur un éditeur et auteur, Léon-Pierre Quint (voir ci-dessous les notes qui le concernent), on est tombé sur ce site (ici) hébergé par celui du Mémorial de la Shoah () et qui recense les personnes privées dont les bibliothèques ont été spoliées durant la Deuxième Guerre mondiale, et plus précisément pendant l'occupation allemande. Des propriétaires juifs pour la plupart, anonymes ou non, qui se sont vus confisquer quelques volumes pour certains, et des dizaines de milliers pour d'autres. La plupart ne les ont jamais revus, soient qu'ils aient péri dans les camps, soit que les livres n'aient jamais été retrouvés, soit même qu'ils n'aient jamais été les récupérer.
C'est un document incroyable, par son ampleur, mais aussi par la multitude de petites histoires, évidemment dramatiques, qu'il raconte. Alors que sortent deux de ses livres, on n'a pu s'empêcher de penser à Patrick Modiano...

La personne spoliée dont il est question en haut (arrêtée en 1943 et morte à Buchenwald un an plus tard) n'est autre que Benjamin Crémieux, critique littéraire, traducteur et pilier de la NRF. 





Commentaires

Articles les plus consultés