Emplettes



Commentaire : on a pas mal pratiqué William Seward Burroughs, avant d'en revenir un peu. On n'avait en tout cas jamais lu cet essai, le “premier en France à lui être consacré”, écrit par Philippe Mikriammos, à qui on doit quelques traductions de Burroughs (entre autres). On aime bien que le livre soit un peu esquinté, annoté au crayon - il a une histoire...





On avait beaucoup aimé Villa blanche de Bruno Tessarech (qu'on recommande chaudement) et on s'était promis de découvrir le reste de son oeuvre, dont ce livre sur lequel on est justement tombé. La quatrième donne le ton...



On l'avait déjà, mais à 1 €, difficile de résister. Quel dommage que les photos soient d'aussi mauvaise qualité !





Un essai très seventies sur les “feuilletons” télévisés, la thèse de l'auteur étant que le feuilleton télévisé est ce qui “impose le seule parole adéquate que la bourgeoisie puisse tenir pour préserver sa domination”. On voit le genre. 

Commentaires

  1. Vous aussi, avec William Burroughs, avez eu ce "mouvement de recul" ? De la quinzaine de volumes que j'avais de lui, seul son bouquin sur les chats a survécu au récent déménagement ne me voyant pas relire n'importe quel autre de ses ouvrages (que je trouvais néanmoins, déjà à l'époque où j'en avais tenté la lecture, parfois, souvent, pénibles à lire). J'ai gardé cependant deux disques de lui, sa voix faisant passer le reste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je garde les 10/18, qui ne prennent pas trop de place. Mais j'avoue que le projet de le relire ne fait pas partie de mes priorités...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés