Emplettes



Commentaire : un livre peu courant, publié par The Viking Press aux États-Unis et par les Overseas Editions, inc. pour le reste du monde. Le but de cette maison édition est clairement exposé à l'intérieur de l'ouvrage :

Cet ouvrage est publié par “Overseas Editions Inc.” — association sans but lucratif instituée par le Comité des Livres en Temps de Guerre — qui se compose d'éditeurs, de bibliothécaires et de libraires.
Le seul but de “Overseas Editions Inc.” est de mettre à la disposition du public étranger des livres américains de date récente, jusqu'au jour où l'industrie du livre aura repris en Europe et en Asie.

Si l'on en croit ce site (ici), 22 livres furent édités en français (le même site en donne la liste). Il y en eut aussi en allemand, en anglais et en italien pour un total de 3 636 074 exemplaires imprimés, ce qui semble astronomique.

Quant au livre d'Hemingway, alléchant sur le papier, il semblerait à en croire les commentaires donnés sur le site Goodreads qu'il ne soit pas très brillant. On verra. 




À raison d'un Promeneur par semaine, on aura la collection complète d'ici à la fin de l'année... Celui-ci, en tout cas, manquait sur nos rayonnages. On ne se lasse pas de ces sublimes couvertures - même si le scan ne leur pas toujours hommage.



On ignorait que Charles Trenet (qui, pour tout dire, nous horripile au dernier degré) avait écrit des romans. Celui-ci est le premier, publié en 1940. On sait que Trenet connut quelques déboires à la Libération (mais aussi pendant l'Occupation, pour d'autres raisons). Le livre fut écrit alors que Trenet avait 17/18 ans, publié ensuite en feuilleton dans Candide au début de 1940 et il sortit peu après chez Albin Michel. Ça n'est visiblement pas un chef d'oeuvre, mais on y jettera quand même un oeil. On en reproduit les première et dernière pages.





Iegor Gran a une bibliographie irrégulière, ses deux réussites demeurant selon nous ONG ! et L'Écologie en bas de chez moi. On n'avait pas ce Truc-nog où P.O.L. s'était fendu d'un bandeau assez rigolo. 




Une magnifique couverture, vraiment. Mais quand on ne sait pas qui est Walter Serner (le nom nous disait très vaguement quelque chose), les éditions Allia ne font pas beaucoup d'efforts pour nous éclairer. La quatrième de couverture est pauvre en indications, c'est le moins qu'on puisse dire... Et il faut chercher à l'intérieur pour trouver quelques éléments bibliographiques, qui ne nous avancent pas beaucoup. Heureusement, Wikipédia est là, et l'on sait maintenant que Serner (1889-1942) fut un éminent dadaïste, que des romans publiés dans les années 1920 lui valurent les surnoms de “Maupassant du crime” et de “Choderlos Laclos des bas-fonds” (rien que ça!), et qu'il mourut dans un camp de concentration.
La mention “cadeau”, en bas à gauche de la quatrième, laisse penser que le présent livre devait être offert pour l'achat d'autres livres des Éditions Allia. C'est troublant de voir cette mention imprimée ainsi, sans explication.
Cadeau... 



Commentaires

Articles les plus consultés