Emplettes



commentaire : un livre de 1967, éminemment pop, dont on livrera des pages plus tard - on en reproduit deux ou trois, qui donnent une idée du contenu assez fascinant de l'ouvrage.





On s'est laissé tenter par la couverture et le titre (et le prix, aussi, 0,20€) On a ensuite feuilleté le livre, regardé le sommaire, et on s'est aperçu que Dale Carnegie (connu pour le fameux Comment se faire des amis) a absolument tout inventé de ce qui se délaye à longueur de pages souvent insipides dans les livres de développement personnel dont les tables et rayonnages des librairies sont envahis depuis quelques années. Un visionnaire, en quelque sorte, puisque ce livre a été publié en 1948.



Un casting très Figaro pour ce projet, alléchant sur le papier (voir bandeau rouge de la 4e). Le livre est tellement laid et cheap - on dirait du mauvais compte d'auteur - qu'on a hésité à le prendre, mais là encore, le prix (0,20€) l'a emporté...



On n'avait jamais eu sous la main un numéro aussi ancien du magazine. Tout y est fascinant : photos, publicité, articles (dont un signé Marcel Zanini et un autre Barney Wilen)... Si vous trouvez que Barney Wilen a l'air jeune, sur la photo, c'est normal : en 1957, il avait à peine vingt ans.




Même remarque que précédemment : on ne se rappelait pas avoir eu sous les yeux un numéro aussi ancien des Chroniques de l'art vivant (ici le numéro 5, de novembre 1969). C'est brillant, stimulant... et impossible à scanner car d'un format trop important pour notre pauvre matériel.



On doit avoir une trentaine de vinyles et CDs de Bill Evans, mais celui-ci manquait à notre discothèque. Les 4, 5, 6 et 8 juin 1980, il jouait pour la dernière fois au mythique Village Vanguard - douze sets, à raison de trois par jour (un gros coffret existe, qui reprend presque tout ce qui fut alors joué et enregistré). Il devait en résulter un double album, dont Evans avait commencé de sélectionner les titres - neuf, pour être précis, lesquels composent ce CD. Sa mort, en septembre de la même année, l'empêcha de mener le travail à son terme. On ignore pourquoi on n'a droit qu'à une version tronquée du Nardis de Miles Davis - 5'41" au lieu de 15'30"… 


Commentaires

Articles les plus consultés