Emplettes



commentaire : on ne connaissait pas ce livre de Gonzague Saint-Bris (on n'en connaît d'ailleurs aucun), paru en 1973, et qui semble être sa première publication - il avait 25 ans. À première vue, le propos est de démonter un certain snobisme (le mot était à la mode dans les années 50-60) et de mettre en valeur une espèce de dandysme romantique. En 1978, Saint-Bris créa d'ailleurs une “académie” des Nouveaux Romantiques, avec notamment Frédéric Mitterrand, Patrick Poivre d’Arvor, Brice Lalonde et Étienne Roda-Gil.  La parution de Qui est snob valut à Gonzague Saint-Bris de passer à l'émission Ouvrez les Guillemets, de Bernard. Par chance, on peut la visualiser ici (merci l'INA !) C'est épatant, vraiment, et l'auteur est assez brillant.





Il n'est vraiment pas appétissant, et l'on a hésité à le prendre. Mais c'est un des rares livres de Jean-Benoît Puech qui nous manquaient ; et l'on est curieux de découvrir sa lecture de Louis-René des Forêts, auteur qui nous a toujours résisté - à moins que ce ne soit l'inverse.



Celui-ci aussi, on a hésité à la prendre. Affreusement cheap (c'est de l'auto-édition), et une couverture sans doute indépassable en terme de laideur. Roland Gagey (1900-1976) est une espèce de fou furieux défini par Wikipédia comme un “médecin, auteur libre-penseur et anticlérical, libraire et éditeur français”. La partie la plus importante de son “oeuvre” tourne autour de la sexualité, avec des livres comme Initiation à la volupté, L'Éducation sexuelle de votre enfant, Toute la vie sexuelle, L'Érotisme dans les rêves, La Révolution sexuelle, Inquiétudes et troubles sexuels, etc. sans oublier quelques ouvrages “historiques” du même bois, tournés pour l'essentiel contre l'église - La Vie secrète des couvents, Les Livres secrets des confesseurs, Histoire scandaleuse des papes ou Le Visage sexuel de l'inquisition… Autant de livres, auto-édités ou non, qui ont tous subi les foudres de la censure, et qui finissaient donc plus ou moins par se vendre sous le manteau. On trouvera quelques informations sur l'auteur ici
Il y a, en couverture, la promesse d'illustrations. Elles ne sont en réalité que quatre, de piètre qualité, et assez étranges (on les reproduit): on ne connaissait pas l'étonnante statue d'Hercule et de Diomède, pour le moins spectaculaire, ni ce curieux bas-relief érotique de l'église de l'Isle-Adam. 






Étonnant projet que celui de Jacob Lévy qui décida de publier entre 1925 et 1927 une trilogie, Juifs d'aujourd'hui, afin de faire mieux connaître la communauté juive à l'ensemble des lecteurs français - ce manque de connaissance étant selon lui la cause principale de l'antisémitisme. Trois volumes : Les Pollaks, Les Demi-juifs et ces Doubles-juifs… auxquels les éditions des Belles Lettres, qui ont réédité les livres en 1999, ont ajouté Les Chrétiens, publié par la suite. Les deux premiers volumes avaient dû susciter pas mal de remous, puisque Lévy fit précéder le troisième (qui relate l'histoire d'une famille assez orthodoxe) d'une préface, afin de justifier / expliquer son propos.
Les années 1920 virent apparemment paraître de nombreux ouvrages du même genre. Après les déchirements de l'affaire Dreyfus, le traumatisme de la Première Guerre mondiale avait fait naître l'espoir d'une grande réconciliation, en même temps qu'un besoin chez les juifs de France, notamment les artistes et intellectuels, de renouer avec le judaïsme et l'histoire du peuple juif. Évidemment, tout cela fait frémir quand on songe à ce qui se préparait.







Jacques Henric a rencontré beaucoup de gens, et il évoque ces rencontres dans un livre dont le titre ne ment pas : la politique y est très présente. Trop, même, car l'auteur ne voit apparemment les choses et les gens qu'à travers un prisme idéologique très agaçant, voire insupportable de suffisance. On va quand même essayer de lire l'ouvrage, car on y croise vraiment du beau monde. 




C'est la première fois qu'on tombait sur ce livre étonnant, unique en son genre (contrairement à ce qui est annoncé) au sein de la fameuse collection Marabout Flash - il s'agit du numéro 21, publié en 1959.   Notre exemplaire n'est pas en bon état, mais l'idée amusante, et le traitement à la fois sérieux et léger.








Commentaires

  1. échappé, attrapé car oui qui était Louis-René des Forêts et d'un quai, une ruelle, un parc endormi, je l'ai découvert en 2015 grâce à ses oeuvres complètes chez Quarto Gallimard.
    Ses Ecrits autobiographiques sont merveilleux.
    Je profite de ce petit commentaire pour vous dire toute mon admiration pour votre passionnant blog. Merci

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés