200 heures



commentaire : c'est un truc, fou, hors-norme et absolument passionnant. 200 heures d'une sélection musicale (à “écouter tranquillement au bureau, en épluchant des légumes ou allongé dans le noir”) comme vous n'en avez jamais entendue, qui explore absolument tous les genres et promet à chacun des dizaines / centaines de découvertes enthousiasmantes. On doit ce travail impressionnant de culture, de curiosité et de liberté d'esprit à Guillaume Sorge, dont on a déjà parlé ici pour ses compilations ou les sorties de son label Dirty, notamment.

C'est ici.

Et voici la présentation que GS en fait lui-même sur Facebook :

Il y a quelques mois le Centre d’Art Contemporain de Genève m’a invité à programmer une webradio en me donnant carte blanche sur le contenu. Du coup j’ai travaillé sur 200 heures de programme, conçus comme une sorte de « FIP sous kétamine » qui évite volontairement la musique de club mais saigne passionnément et méthodiquement tout ce qui peut s’écouter tranquillement au bureau, en épluchant des légumes ou allongé dans le noir. J’y ai mis tout ce que j’aime : des scores de film, de l’ambient, pas mal de musique asiatique, des field recordings, de la pop psyché, du jazz, de la soul des années soixante, de la musique française 70, des disques issus du GRM, de la new wave belge, anglaise ou espagnole, des trucs balearic, de la country, de l’americana, du drone, beaucoup de Franco Battiato, des morceaux qui durent 30mn, tout ce que j’ai préféré dans les archives sonores du Quai Branly, des faces B de maxis de house joués à la mauvaise vitesse, de la pop chrétienne, 2 trucs de PC music, beaucoup de marimba et de flûte, du Terry Riley et pas mal d’autres minimalistes américains, de la pop commerciale 80 qui n’a pas encore eu de succès, des trucs qui sonnent mieux joués à la mauvaise vitesse, des morceaux qui ne fonctionnent qu’en voiture, ceux qu’enregistrait Ariel Pink sur K7, pas mal de mémos vocaux accumulés en voyage quand j’étais encore soumis à l’Iphone, du rock psyché, du rap psyché, de la soul psyché, du psyché psyché. Slint. des groupes qui n’ont jamais fait mieux qu’un seul morceau, mais quel morceau. du métal lent, de la musique de backroom, des chansons chantées par des enfants. Des tubes d’after, de trucs utilisés par Michael Mann, compilés par Jeremy Deller, programmés par Étienne Blanchot 5 ans avant tout le monde, des trucs qu’on entendait aux Instants Chavirés ou au Mathy’s. L’école de Canterbury, du protest jazz français 70, de la musique caribéenne, éthiopienne, angolaise, ghanéenne, gabonaise, somalienne, nigérienne, beaucoup de choses de la collection Ocora, des trucs bleep de Sheffield des années 90, du Skam, Gescom des trucs des soirées Büro en 97, Mego avant les éditions Mego. des remixes bien putes aussi. de la musique Jamaïcaine, de la new beat, ces trucs sublimes de Patrick Juvet écrits par Jean-Michel Jarre, des bandes sons de performances choppées sur Ubuweb, de la synthwave d’Europe de l’est, de la new age 80, du John Hassel, des trucs qu’on a enregistrés au Red Bull Studios Paris : Thurston Moore, Jarvis Cocker, Not Waving, Jac Berrocal, beaucoup de choses produites par Lee Hazelwood, de la musique brésilienne ultra perchée, Hermeto Pascual et ses flûtes enchantées, des trucs ultra mélancoliques de Derrick May, Lonnie Holley ou Jean Marie Massou. Du chopped and screwed. Du free jazz, des percussions, beaucoup de musique d’illustration sonore. Les voix de Meredith Monk, Patty Waters et Demetrio Stratos. De la musique chantée dans une langue qui n’existe pas.
Vous avez compris l’idée. Cette radio sera mise à jour à raison de plusieurs heures de musique nouvelle par mois et des cartes blanches sonores seront proposées à des artistes à partir de début 2019. En attendant je vous propose simplement d’écouter ça en boucle, jusqu’à la nuit des temps (et aussi d’en parler à la terre entière). 
Merci, Guillaume


ps : la photo est celle du plus grand haut-parleur du monde, présenté à la 7e Audio Fair de Tokyo. L'engin faisait 16 mètres de diamètre et plus de 10 mètres de long. Un chuchotement, un soupir, pouvait être perçu à plus d'1,5 kilomètres. Il fut paraît-il placé sur les falaises de Douvres et on l'entendit à Calais, à plus de trente kilomètres. 

Commentaires

Articles les plus consultés