Emplettes



commentaire : Sur André Germain, fils du créateur du Crédit Lyonnais et personnage omniprésent des lettres de la première moitié du XXe siècle, on trouvera ici un portrait épatant. Dans cette Bourgeoisie qui brûle, il se livre à son jeu favori : livrer des anecdotes en pagaille, balancer des jugements à l'emporte-pièce et faire du name-dropping en rafale. Le tout avec un style qui n'engendre pas l'ennui. Un jour, peut-être, quelqu'un aura le courage de faire un best of de son travail de mémorialiste : il y a une belle matière…




Une vraie curiosité. Clémentine de Rothschild est née en 1845 et morte en 1945. Fille de Mayer Carl et Louise de Rothschild, elle était très pieuse et écrivit ce court ouvrage publié après sa mort, en 1869 - en France, il fallut attendre 24 ans pour la traduction. Comme l'indique le titre, il s'agit d'un livre épistolaire, composé des lettres qu'envoie une certaine Esther Izates envoie à son amie Hélène. C'est court et touchant ; cela rappelle aussi lointainement, du moins dans l'introduction, le fameux Inconnu à cette adresse ; et bien sûr, cela renvoie à une certaine actualité…





Un livre auto-édité de 1869, plein de bons conseils…









La Princesse lointaine fut créée en 1985, avec des décors et des costumes d'Alphonse Mucha - et avec Sarah Bernhardt dans le rôle titre. Une trentaine d'années plus tard, la pièce fut reprise dans le théâtre portant le nom de l'actrice, avec cette fois des décors et des costumes signés Erté. Notre exemplaire de la Petite illustration n'est malheureusement pas en très bon état. En bonus, la publicité de dernière page.





Le casting est intéressant, notamment chez les illustrateurs, mais le résultat est un peu décevant. Mais pour 0,50 €, on ne va pas faire la fine bouche…









On ignorait tout de ce titre, qui est pourtant un classique de la littérature érotique, paru à l'origine en 1934 aux éditions La Bourdonnais - appartenant à un certain Robert Denoël. On lira ici l'histoire complète et incroyable du livre. C'est passionnant, vraiment. Notre édition date de 1948, avec une mention “Texte Intégral” trompeuse… puisqu'il n'y eut jamais de version expurgée. 









 

La Revue Musicale fut créée en 1920 et poursuivit son activité jusqu'en 1946. Les exemplaires qu'on a trouvés font donc partie des tout débuts, avec des auteurs et illustrateurs de premier plan. Chaque numéro est complété d'un “supplément musical” proposant une ou plusieurs oeuvres souvent inédites. Mention spéciale pour le supplément du n°2 de 1920 (hommage à Claude Debussy) et ses compositions signées de très grands noms. 












Commentaires

Articles les plus consultés