Prêter un livre…



Sous le pseudonyme de baronne Staffe, Blanche-Augustine-Angèle Soyer (1843-1911) publia autour de 1900 de nombreux ouvrages sur les usages, les bonnes manières, l’éducation, la cuisine, la mode… Son plus fameux, et celui qui connut le plus de succès, est Usages du monde : règles du savoir-vivre dans la société moderne, paru en 1889. On y trouve un court passage sur le prêt et l’emprunt des livres :

Lorsqu'on prête un livre, on doit bien se garder de donner une enveloppe à la couverture du volume, si luxueuse qu'elle soit. Ce serait dire, presque en propres termes : Je crains que vous ne preniez pas soin de mon livre, que vous ne me le rendiez souillé, taché, et je me mets sur mes gardes autant que possible. Si l'emprunteur était notoirement connu pour une personne négligente, il vaudrait mieux trouver un prétexte pour ne pas lui confier le livre.
Voilà pour le prêteur. L'emprunteur est tenu de respecter dans un livre, fût-il simplement broché et déjà fané, la propriété, le bien d'autrui. C'est lui qui mettra les couvertures du volume à l'abri des souillures, en les revêtant d'une enveloppe. Il tournera les pages avec des doigts très nets, afin de ne laisser aucune trace sur le papier. Il ne pliera pas le volume en deux, comme cela se fait si souvent et ce qui a pour résultat de casser le dos du livre ; enfin il prendra les précautions les plus minutieuses pour rendre l'ouvrage prêté dans l'état où on le lui a remis. S'il arrive un accident à ce livre, ce qui peut se produire indépendamment de la volonté et des soins, il réparera le dommage de son mieux, au besoin il rachètera le volume.
Cela n'est pas toujours possible, il est des ouvrages tirés à un nombre restreint d'exemplaires qui sont vite épuisés. 
C'est pour cette raison qu'il ne faut pas emprunter ni souffrir qu'on vous prête, à moins de cas très exceptionnel ou de besoin très pressant, des livres de cette rareté ou des éditions de grand luxe. 

Commentaires

  1. La baronne Staffe ! Un nom de personnage de roman à la Leslie Charteris. Madame Soyer songea à sa postérité.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Staffe était bien le nom de famille d'une de ses grands-mères. En revanche, elle n'était pas plus baronne que moi…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce titre de noblesse sentait en effet le coup-fourré, mais bon "ça l'fait !"

      Supprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés