Emplettes



commentaire : un petit livre de 1973, d'une cinquantaine de pages, dont le contenu des plus élémentaires laisse à penser que le niveau de connaissance moyen sur la sexualité était au plus bas… Notre volume est agrémenté en couverture d'une petite bibliographie babacoolienne bien de son temps - ça sent le patchouli et la veste afghane… Reste à élucider le mystère de ce “Fada” qui précède la liste de titres et de ces multiplications, en quatrième de couverture.
On reproduit aussi les “déjà” parus des éditions Maspero.





On connaissait les essais de Hodeir sur le jazz, mais on ignorait qu'il avait aussi écrit sur la musique classique. À vrai dire, on ne savait pas grand-chose de lui — la page Wikipédia (ici) qui lui est consacré nous a permis de découvrir qu'il fut aussi musicien et compositeur.



On s'était plus ou moins promis de ne plus acheter de petits volumes Marabout. Mais comment résister à celui-ci ? Les recettes sont pour la plupart indigentes.




On ignore encore si on le lira : il faut un certain courage / appétit pour s'attaquer à la prose de Paul Adam.




On ne les voit pas souvent (à 1 ou 2 €, s'entend), les volumes de cette collection, dont on possède quatre parutions - et dont on aimerait bien trouver le Je suis un couturier de Christian Dior, sur qui on va travailler ces prochains mois.







On a déjà eu le temps de lire ce court ouvrage, étrange, assez dérangeant, et dont on ne sait pas trop quoi penser. Ce qui est certain, c'est que les livres de la collection L'Arbalète sont parmi les mieux édités qui soient : typo, papier, marges, maquette de couverture, etc. 







Publié en 1948, c'est le troisième et dernier roman de Maurice Blanchot - qui ne publiera par la suite que des récits, en plus de son oeuvre critique. On ne l'a jamais lu.



On n'a pas ouvert un livre de Robert Sabatier depuis Les Alumettes suédoises, lues pendant l'adolescence. Mais le bel envoi bicolore à Georges Conchon, et la quatrième, nous ont donné envie de tenter l'aventure. Ce Boulevard date de 1956, soit treize ans avant la parution des Alumettes.






Commentaires

Articles les plus consultés