Emplettes



commentaire : évidemment, la question qu'on s'est posée, passé le moment d'euphorie causée par cette petite trouvaille, ce fut de savoir si les deux fleurs sont de la main de Brel ou non. On serait tenté de le penser, puisque le feutre utilisé est le même que celui de la signature. Mais quelle est leur signification ? Mystère…  À moins qu'il ne s'agisse d'une allusion à la chanson Les Bonbons :

                                Je vous ai apporté des bonbons
                                Parce que les fleurs c'est périssable ;
                                Puis les bonbons c'est tellement bon
                                Bien que les fleurs soient plus présentables
                                Surtout quand elles sont en boutons

 

Euphorie, suite, avec cette nouvelle dédicace, d'Yves Montand cette fois.



On s'était promis de ne plus rien acheter de cette collection. Mais à 0,50 €, comment résister - d'autant que les illustrations sont épatantes.





Il n'intéressait personne (il n'est pas dans un état formidable), mais la thématique et l'année de publication nous ont fait penser qu'il n'était pas sans intérêt. On l'a mis en vente sur un certain site et il est parti à cinquante fois son prix d'achat. De quoi continuer à acheter tout et n'importe quoi chez nos fournisseurs habituels…





C'est la première édition de ce livre fameux, publié en 1943. chez Denoël. On remarquera le citation de Céline en guise d'épigraphe, citation qui a apparemment disparu par la suite. À noter aussi les trois "Du même auteur" à paraître. Seul le Voyageur imprudent vit bien le jour sous le titre prévu, dès l'année suivante. L'arche enterrée est sans doute devenu Que le diable l'emporte, où il est question d'une arche enterrée, et le site référence sur Barjavel estime que Fortissimus a vu le jour sous la forme d'une nouvelle, L'Homme fort, présente dans le volume Les Enfants de l'ombre, paru en 1946.





Il est rare qu'on se laisse tenter par des “beaux livres”, mais là, pour 1€ (au lieu de 49), difficile de résister. Le livre propose une espèce d'inventaire de tous les palaces français, y compris dans les coins les plus inattendus. Beaucoup, malheureusement, ont disparu.


On a essayé de comprendre de quoi il retourne, mais la chose n'est pas évidente. Le sujet est apparemment assez touchy.






Commentaires

Articles les plus consultés