Emplettes

 

commentaire : difficile de résister à un tel titre et une telle couverture. Et bonne surprise : le roman est excellent. Il donna d'ailleurs lieu à une adaptation cinématographie, un petit bijou signé Gilles Grangier, avec Michel Audiard aux dialogues et Lino Ventura en tête d'affiche, au côté d'une myriade d'excellents acteurs. Pour l'anecdote, le titre fournit également son nom à un obscur et éphémère groupe allemand, pas inintéressant, classé par Discogs dans la catégorie Emo (à écouter ici).

Sans qu'on se souvienne pourquoi, on n'avait pas acheté ce livre à sa parution, en 2017. Ensuite, comme cela arrive souvent, on l'avait oublié. Le hasard nous a laissé une nouvelle chance, qu'on n'a pas laissé passer - même si les pages de faux titre et de titre de notre exemplaire ont visiblement servi d'agenda / aide-mémoire… 













Même si le livre n'est pas en très bon état, on est content d'avoir mis la main sur cette curiosité, un petit recueil de nouvelles d'André Maurois publié aux Pays-Bas dans les années 1960. Six nouvelles en français (avec un petit booklet pour le vocabulaire), dont ce Thanatos Palace Hôtel, petite merveille que nous avions rééditée dans notre revue singulière (toujours disponible ici).


Commentaires

  1. 125 Rue Montmartre, le german band, fait aussi penser à un Young Marble Giant qui aurait remisé au clou la basse et le Farfisa mais en aurait gardé la métrique. Très très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces groupes à l'existence éphémère, qui n'ont même pas le temps d'enregistrer un album, me fascinent toujours.

      Supprimer
  2. C'est, en effet, ce qui les rend attachants. Ils auraient pu, comme d'autres, aller vers l'album, les traces qu'ils ont laissées sont la preuve d'indéniables qualités valant bien celles de ceux qui y arrivèrent, mais hop, ça s'arrête. Mais les quelques débris laissés par leur crash en plein vol sont bien plus intrigants que s'ils avaient fait œuvre pleine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu comme ces auteurs d'un unique roman, fulgurant, célébré ou passé inaperçu, et qui, pour des raisons souvent mystérieuses, disparaissent complètement des radars.

      Supprimer
    2. Mieux vaut disparaître volant au zénith que de baisser de régime et lentement décliner ? Le one shot plutôt que "la croisière s'amuse" ? Kamikaze vs Musso ? Bon, le principal est que ces disparitions des radars restent, comme toutes les disparitions, un mystère.

      Supprimer

Publier un commentaire