Bande-Son - Bertrand de la Peine



On avait évoqué le premier roman de Bertrand de la Peine, Les Hémisphères de Magdebourg, paru il y a deux ans. On avait dit le bien qu'on pensait du livre, tout en "regrettant" sa parution aux Éditions de Minuit tant il nous semblait sur mesure pour cette vénérable maison. BdlP n'arrange pas son cas avec son nouvel ouvrage : il est toujours chez Minuit et il y est toujours autant à sa place. Du coup, il va encore avoir droit à d'inévitables rapprochements avec Jean Echenoz - et pas simplement le fait qu'ils soient tous deux originaires du Vaucluse... - mais aussi Éric Chevillard ou encore Éric Laurrent, autre "poulain" Minuit que l'on aime beaucoup.
Moins dense que le précédent, nous a-t-il semblé, ce deuxième livre en est comme une variation - avec ces fils tissés entre passé et présent, entre réel et fiction, entre ici et ailleurs... Ici, le héros est un artiste contemporain (comme dans le dernier Houellebecq) qui travaille sur le son dans ce qu'il peut avoir de plus imperceptible - enregistrant ainsi un escargot en train de mastiquer une feuille de salade. Sa trajectoire va croiser celle d'un certain Rudolf Erich Raspe, archéologue et écrivain allemand du XVIIIe siècle qui reste à la postérité pour avoir relaté les fameuses Aventures du Baron de Münchhausen. La rencontre, si l'on peut dire, s'effectuera en Irlande, dans une maison de doux dingues où l'on distille du poiré et où l'on cuisine avec une caisse à outils.
123 pages au compteur : le livre se lit très vite. C'est souvent drôle, malin, bourré de trouvailles et de clins d'oeil, avec en filigrane un réseau de lignes tracées au crayon H6 qui donne au roman un attrait supplémentaire en ouvrant toutes sortes de perspectives.

Commentaires

Articles les plus consultés